Nouveauté : Une modification de la règle des échecs vient d’être proposée

Donner plus de chances aux pièces noirs en proposant deux coups d'affilé.

Pour de nombreux pratiquants, les échecs sont considérés plus comme un sport cérébral et de stratégie que comme un simple jeu.

D’ailleurs, des compétitions d’échecs sont organisées aussi bien sur le plan national qu’international. Aux échecs, la règle est simple. Celui qui joue avec les blancs profite d’un atout potentiellement décisif, car c’est lui qui procède au premier mouvement. Cela a toujours été le cas jusqu’à ce que des chercheurs étudient sérieusement sur la question. Par impartialité, ils ont fait une proposition simple : celle de changer les règles du jeu.

Leur proposition consiste à offrir aux noirs la possibilité de jouer deux fois lors de l’ouverture.

Une idée de règle pour (re)créer un équilibre entre les blancs et noirs

Les échecs sont un jeu de société très ancien qui se joue à deux. La pratique de ce sport cérébral exige une bonne mémoire, des talents de stratège et aussi une grande habileté à anticiper les coups de son adversaire.

Lors d’une partie d’échecs, c’est les blancs qui procèdent au tout premier mouvement. Cette manière de procéder leur offre un avantage non négligeable. En effet, la victoire de la partie par l’un ou l’autre dépend parfois du premier mouvement effectué.

Cela pose un énorme problème d’iniquité, que de nombreux spécialistes ont déjà tenté de résoudre.

Deux chercheurs du King’s College de Londres et de l’Université de New York ont suggéré une modification des règles de ce jeu dans l’optique de rétablir l’équité aux échecs, entre les pièces noires et les pièces blanches qui offrent un avantage au joueur jouant les blancs

Leur requête a d’ailleurs fait l’objet d’une étude intitulée « créer un équilibre entre les blancs et les noirs ». L’idée est d’abolir l’avantage abusif dont bénéficient les joueurs avec les pièces blanches.

64% des parties d’échecs remportés par les blancs

Les blancs ont 64% plus de chances de gagner que les noirs.

Selon les données des chercheurs Steven Brams et Mehmet Ismail, 64 des parties d’échecs qui se sont disputées pendant des tournois d’élite ont été remportées par les détenteurs des pièces blanches.

Une autre étude accomplie avec AlphaZero, l’ordinateur le plus élaboré aux jeux d’échecs a permis de démontrer que sur 10 000 parties terminées avec un échec et mat, 8600 ont été remportées par les blancs.

L’avantage des blancs est alors incontestable.

Certains joueurs professionnels affirment que lorsque l’on joue avec les blancs, on cherche la victoire ; mais jouer avec les noirs, c’est tenter d’obtenir un match nul.

Suppression de l’avantage des blancs

Soutenu dans sa théorie par le mathématicien Steven Brams, M. Ismail est convaincu qu’un coup double (c’est-à-dire deux coups d’affilée) des noirs après le premier mouvement des blancs contribuerait à diminuer le déséquilibre entre les joueurs. Cela rendrait le jeu plus équitable aussi bien pour l’un que pour l’autre.

Les avis divergent sur le sujet

Si les chercheurs ayant mené cette étude sont certains des résultats, il n’en est pas de même pour tous. Luke McShane qui est souvent qualifié comme le joueur d’échecs amateur le plus fort au monde a déclaré qu’il serait curieux d’en savoir davantage sur les détails de ces résultats.

Selon lui, cela ne se contenterait non pas seulement de rétablir l’équilibre entre les pièces noires et les pièces blanches, mais de modifier finalement toute la philosophie du jeu. Les chercheurs espèrent cependant que les joueurs ouverts à l’innovation voudront essayer cette proposition.